Questions récurrentes avec Google Analytics - Session 3 - Les bases du tracking des évènements avec Google Analytics et méthodologie | Publications

Le tracking des évènements avec Google Analytics: les bases

Les notions du tracking d’évènements

Quand les utilisateurs naviguent sur votre site web, ils passent d’une page à l’autre, générant ainsi des chargements de pages (page loads). Les chargements de pages sont l’intéraction principale enregistrée par Google Analytics, et les URLs de ces pages sont collectées de façon relativement simple.

Les évènements sont aussi des interactions que les visiteurs ont avec votre contenu. Cependant, ces interactions ont lieu indépendamment des chargements de pages. L’étendue des interactions qui peuvent être enregistrées est très large (interagir avec des vidéos ou lecteurs audio, remplir un formulaire, activer un live chat,  téléchargepment d’un fichier, cliquer sur un bouton, etc.). Certains évènements peuvent même jouer un rôle majeur dans votre stratégie de collection de données (ils peuvent par exemple être nécessaire pour certaines pages virtuelles). Les évènements sont spécifiques à Google Analytics.

Ces interactions nécessitent une implémentation personnalisée et un moment de réflexion est nécessaire afin de maximiser la valeur qu’elles peuvent ajouter à vos rapports.

Tracking des évènements: l’ancienne et la nouvelle version

À peu près comme chaque chose dans l’univers du Web Analytics, le tracking des évènements a considérablement évolué au fil du temps. Cela signifie qu’il est souvent nécessaire de se référer à l’ancienne et à la nouvelle façon de l’implémenter. Les descriptions données ci-dessous sont basées sur la méthodologie la plus pertinente à l’instant où cet article est écrit. Il en va de même pour les ressources officielles citées plus bas. Il est important de toujours s’assurer que la technologie n’a pas évolué avant de se lancer dans l’implémentation d’un projet de Web Analytics.

Lors de la recherche d’informations, il est préférable d’utiliser les implémentations relatives à analytics.js et non à ga.js car celle-ci est une ancienne version du code de tracking de Google analytics.

Structure du tracking des évènements: les éléments importants

Chaque évènement est composé de 4 sous-couches d’information, dont certains sont requis:

Catégorie (requis)

Action (requis)

Libellé (optionnel mais recommandé)

Valeur (optionnel mais recommandé quand cela est pertinent)

Vous pouvez penser à ces éléments comme à des couches allant de la couche la plus haute à la couche la plus basse. Il est alors possible de retrouver l’information d’une couche ‘contenue’ par la couche supérieure. Cependant, les actions et les libellés peuvent aussi être considérés sur l’ensemble du compte hors de leur couche respective.

Catégorie

La catégorie est la couche d’information la plus haute des évènements. C’est à ce niveau que vous pouvez différencier les différents types d’évènements implémentés sur votre site. C’est la couche la moins significative en termes de valeur, mais la plus importante en termes de structure (voir ci-dessous).

Action

C’est la couche d’information la plus auto-explicative d’un évènement. Dans une même catégorie, l’action spécifie le type d’interaction qui est mesurée. Les actions peuvent par exemple être un clic, un téléchargement ou une lecture de vidéo.

Libellé

Le libellé permet la collection de données supplémentaires sur votre évènement. On peut y trouver la différence entre deux évènements ayant la même catégorie et la même action. Par exemple, le libellé peut être le nom d’un fichier téléchargé ou d’une vidéo regardée.

Valeur

La valeur d’un évènement n’est pas un champ qu’il est pertinent d’utiliser dans tous les cas, mais peut parfois apporter un niveau d’information intéressant aux analyses. La valeurs se différencie des catégories, actions et libellés de par son format: la valeur est un champ dédié à une valeur numérique alors que les autres champs sont sous forme de texte. La valeur est la valeur numérique associée à un évènement (temps en seconde d’une vidéo, etc.).

Les évènements non-interactifs:

Certains évènements ne sont pas le résultats d’une interaction d’un utilisateur. C’est souvent le cas des évènements qui sont utilisés pour mesurer les aspects techniques (erreurs, etc.) qui ne sont pas directement liés au comportement de l’utilisateur.

Il est important de considérer ce champ lors de la mesure d’évènements qui ne doivent pas altérer la mesure du taux de rebond, par exemple. Les évènements non-interactifs peuvent être implémentés via les deux méthodes décrites ci-dessous.

Comment le tracking des évènement marche-t-il?

De façon simplifiée, les évènements sont des hits déclenchés par certaines actions (triggers). Après implémentation, certaines interactions vont déclencher certains évènements. Cela signifie que les valeurs respectives de la catégorie de l’évènement, de l’action de l’évènement, du libellé de l’évènement et de la valeur de l’évènement vont être envoyés au compte Google Analytics.

Il existe principalement deux façons pour implémenter le tracking des évènements. Dans chacun des cas, il est préférable de contacter un expert ou de s’assurer que l’équipe IT est au fait des dernières mises à jour techniques et du mapping stratégique des différents éléments.

1) L’implémentation en code dur (hardcoded)

La première façon est la plus simple à expliquer mais la plus complexe à implémenter car elle requiert un implementation manuelle. Pour chaque évènement, le hit doit être envoyé avec un simple commande contenant les valeurs désirées:

ga('send', 'event', [eventCategory], [eventAction], [eventLabel], [eventValue], [fieldsObject]);

Les évènements non-interactifs peuvent être indiqués via un paramètre supplémentaire:

ga('send', 'event', 'Videos', 'play', 'Fall Campaign', {

nonInteraction: true

});

2) L’implémentation via Google Tag Manager (GTM)

Cette methode est à préférer à la version ‘hardcoded’. Le tracking des évènements avec Google Tag Manager peut se faire de deux façons différentes:  avec l’auto event tracking ou via l’utilisation du Data Layer. La description de ces méthodes va au delà du cadre de cet article, mais il existe de nombreuses ressources à ce sujet.

Comment élaborer une méthodologie pour le tracking des évènements?

Problème récurrent 1: la structure n’est pas claire

Il est plus que probable, lorsque vous cherchez à tracker des évènements sur votre site, que vous vouliez enregistrer plusieurs interactions différentes. Il est par ailleurs courant que le tracking de ces différentes intéractions ait été implémenté à différents moments dans le temps. Au fil du temps, ces implémentations successives mènent généralement à des rapports Google Analytics dans lesquels les valeurs des catégories, actions et libellés sont incohérentes et inconsistantes.

Solution 1: une bonne nomenclature

Mis à part une bonne implémentation, les aspects les plus important du tracking des évènements sont la préparation, la structure et la nomenclature.

Commencez par établir un plan des différents éléments dont vous avez besoin ou que vous voudriez tracker sur votre site. Etudiez ensuite la façon par laquelle chaque interaction se différencie des autres. Certaines interactions sont-elles plus techniques que d’autres? Certaines interactions n’ont lieu que dans votre flux de réservation? Un certain type d’interaction représente-t-il une majorité de ce dont vous avez besoin de tracker?

Cette étape va vous aider à définir vos catégories d’évènement, lesquelles doivent être considérées comme un moyen high level pour trier tous vos évènements. La catégories est aussi la dimension primaire des rapports d’évènements dans Google Analytics. C’est pourquoi il est important de limiter le nombre de catégories afin de ne conserver que le minimum requis par vos besoins en tracking.

Bien sûr, il y a toujours des exceptions. Le tri high level de vos évènements peut aussi se faire au niveau du libellé. Cette pratique n’est recommandée que dans le cas où cela ne vous dérange pas d’avoir un grand nombre de catégories. Dans ce cas, plusieurs configurations de structures sont possibles, mais les principes de base restent les mêmes: anticipez vos besoins futurs et mettez en place une structure cohérente avec vos données et suffisamment robuste pour faire face aux challenges à venir.

De surcroît, il est important de garder en tête que les noms de catégories ne sont pas mis à jour lorsque vous changer votre nomenclature au fil du temps. Dès lors, si vous effectuez des changements, vos rapports afficheront plusieurs catégories décrivant la même information. Cette divergence compliquera les analyses de tendances et les comparaisons d’une période à l’autre. Si un changement de nomenclature s’avère inévitable (reprise d’un compte existant ou nettoyage d’une vieille implémentation par exemple), n’oubliez pas d’ajouter des annotations dans Google Analytics lors de ces changements.

Problème récurrent 2: trop d’évènements

Le tracking de nombreux évènements donne souvent lieu à un excès d’informations. Bien que certaines personnes soient à l’aise avec un arrangement chaotique de leurs données, nous ne recommandons pas le tracking excessif pour deux raisons principales:

1) Problème d’échantillonnage

Avant tout, il est primordial de se rappeler que les évènements sont des hits, et que le nombre de hits augmente l’échantillonage des données dans Google Analytics.

2) Pas de valeur ajoutée

Le tracking des données a un but: améliorer la prise de conscience des choses importantes qui ont lieu sur votre site. Un problème récurrent est de tracker tout ce qui est possible de tracker. Or cette stratégie est souvent incompatible avec les objectifs définis parce qu’elle a pour conséquence de diluer l’information importante au lieu d’aider la prise de décisions quant aux éléments qui ont un impact réel sur l’expérience de l’utilisateur.

3) Limite du nombre d’évènements

Afin de maintenir le flux de données à un niveau gérable, Google a instauré une limite dans le nombre d’évènements qui peuvent être enregistrés simultanément. Les dernières informations sur ces quotas indiquent que les 10 premiers évènements envoyés à Google Analytics sont enregistrés immédiatement. Par la suite, un maximum de 1 évènement peut être enregistré toutes les secondes. Ce quota devrait suffire à la grande majorité des situations. Cependant, cette restriction nous montre que Google Analytics permet certaines situations où les évènements ne sont tout simplement pas enregistrés. Tout comme les deux points précédents, cette limitation suggère qu’un tracking excessif va à l’encontre d’un tracking de qualité.

Solution 2: anticiper le futur

La solution proposée ici est similaire à la solution décrite precédemment. L’anticipation de vos besoins tant actuels que futurs est un point clé d’un tracking qui porte ses fruits. Inutile de perdre son temps et ses ressources  à tracker tous les évènements possibles alors qu’une minorité de ceux-ci ont une vraie valeur ajoutée. Si votre seul problème est l’échantillonnage, vous pouvez toujours considérer Google Analytics Premium qui permet d’outrepasser la plupart des limitations. Pour plus d’informations, contactez votre revendeur certifié.

Ressources officielles:

A propos des évènements - centre d’aide Google Analytics

https://support.google.com/analytics/answer/1033068?hl=fr

Analytics for web (EN) - developer guide

https://developers.google.com/analytics/devguides/collection/analyticsjs/events

Event tracking with GTM - centre d’aide Google Analytics

https://support.google.com/analytics/answer/6164470?hl=fr

Auteur: Julien Cornet

Tags:

Prenez Contact

Semetis | 44 Rue des Palais, 1030 Bruxelles - Belgique

+32 (0)2 211 34 50

welcome@semetis.com

Connectez-vous